Flash player not detected. Please visit http://www.macromedia.com
   
 
     
 
02::2014
Regroupement à Cadarache des étudiants en voie "magnétique" du master SF et des étudiants Erasmus-Mundus Fusion-EP > Détails
10::2013
Regroupement à Bordeaux des étudiants > Détails
02::2013
Regroupement à Cadarache des étudiants en voie "magnétique" du master SF et des étudiants Erasmus-Mundus Fusion-EP > Détails
09::2012
Regroupement des étudiants de la nouvelle promotion du master "Sciences de la fusion" > Détails
03::2012
Regroupement des étudiants en voie "inertielle" à Bordeaux > Détails
02::2012
Regroupement des étudiants en voie "magnétique" à Cadarache > Détails
09::2011
Regroupement des étudiants de la nouvelle promotion 2011-2012 > Détails
09::2010
Regroupement des étudiants de la nouvelle promotion 2010-2011 et de la sortante 2009-2010 > Détails
 
Flash player not detected. Please visit http://www.macromedia.com
   
Flash player not detected. Please visit http://www.macromedia.com
     
 
bienvenue
 
     
 
 
 
 

Avec la construction de très grandes installations sur son territoire, la France est appelée à devenir dans cette décennie un centre de référence mondiale en matière de sciences de la fusion thermonucléaire avec les domaines clés de la fusion magnétique (tokamak ITER) et de la fusion inertielle (laser LMJ).

Pour réussir ce défi énergétique, il est nécessaire de comprendre et reproduire les conditions extrêmes régnant dans les étoiles et donc de maîtriser des milieux ionisés, appelés plasmas, constituant ce quatrième état de la matière omniprésent dans notre univers.

La connaissance de ces plasmas, qu'ils soient naturels ou artificiellement créés sur terre, la physique associée et les technologies permettant de les créer, de les observer et de les contrôler conduit à des recherches avancées au sein de laboratoires de physique des plasmas, d'astrophysique ou de technologie situés au sein des universités et d'écoles d'ingénieur, d'organismes publics tels le CNRS, le CEA et d'entreprises privées.

En raison de l'investissement très important qu'elles engagent, les recherches spécifiques sur la fusion font partie intégrante de réseaux à grande échelle : réseau national (association EURATOM-CEA), européen (organisation European Fusion Development Agreement pour le JET) et mondial (ITER, International Fusion Energy Organization) pour la fusion magnétique et réseau national (Institut Laser Plasmas) et européen (European High Power laser Energy Research-HIPER) pour la fusion inertielle.

La spécialité de master proposée ici s'inscrit dans une fédération "Formation aux sciences de la fusion". Elle vise à préparer des scientifiques et des ingénieurs de très haut niveau, français ou étrangers, aptes à s'investir dans les programmes concernant les recherches sur les plasmas, la fusion et l'énergie. En particulier dans l'exploitation scientifique et technique de grands équipements associés.

 

La spécialité de master couvre donc tous les domaines scientifiques et technologiques concernant les milieux ionisés par les approches théoriques, de simulation et d'expérimentation et propose un enseignement multidisciplinaire sur les plasmas, dans toute leur variété, les matériaux sous irradiation, la cryotechnologie et la supraconductivité, les chauffages de très haute puissance par microondes ou lasers et l'instrumentation en milieu extrême.

La spécialité est à habilitation nationale et réunit 9 partenaires répartis sur quatre sites (Île de France, Marseille, Bordeaux, Nancy) qui sont habilités de façon conjointe sur ses trois parcours:

  • Fusion par confinement magnétique et plasmas magnétisés (FCM)
  • Fusion par confinement inertiel et plasmas denses (FCI)
  • Physique et technologies des plasmas et de la fusion (PTF)

Le cursus de cette spécialité s'étale sur une année : la rentrée a lieu à la mi-septembre avec une semaine de visites/conférences sur les sites de Bordeaux et Cadarache. Les cours ont lieu en parallèle sur les quatre sites du master, excepté pour un mois en février, où les cours ont lieu auprès des installations de Cadarache et de Bordeaux, en fonction du parcours suivi. L'année de master se termine avec un stage de recherche durant 5 à 6 mois avec soutenance orale à la mi-septembre devant un jury national, alternativement à Cadarache ou à Bordeaux.